chargement
admin
TOP
USER_NAME USER_NAME
LE POINT SUR LA SITUATION DE LA FCO

Mardi 28 novembre 2017

LE POINT SUR LA SITUATION DE LA FCO

 

Deux axes de surveillance

 

La surveillance de la fièvre catarrhale ovine en Corse repose sur une surveillance programmée en abattoirs bovins (environ 60 prélèvements mensuels pour la Corse-du-Sud et la Haute-Corse) et sur une surveillance clinique par les éleveurs et les vétérinaires.

 

 

177 foyers confirmés depuis le début de l'année en Corse

 

Entre le 1er janvier et le 4 octobre 2017, 177 foyers de FCO ont été confirmés (87 en 2A et 90 en 2B) dont 53 suite à une suspicion clinique: 124 bovins (surveillance en abattoirs uniquement), 3 caprins et 50 ovins. Sur les 539 animaux testés positifs, le sérotype 4 a pu être identifié dans plus de 90% des cas (505 animaux pour les autres le sérotype n'a pu être déterminé). L'augmentation du nombre de foyers s'est accélérée avec les beaux jours, notamment le nombre de foyers cliniques, puisque que sur les 177 foyers décrits en 2017, 49 ont été confirmés en juillet, 68 en août et 45 en septembre. Plus de 60% des animaux testés durant le mois d'août étaient positifs à la FCO. Il faut ajouter à ces cas cliniques recensés, un certain nombre de foyers non déclarés par les éleveurs certainement en partie du au fait que sans une vaccination en règle, ils ne peuvent prétendre à aucune indemnisation. Les dernières données données du mois d'octobre vont dans le sens d'une sortie de l'épizootie avec 6 foyers confirmés.

Le taux de morbidité apparent de la maladie en Corse est estimé à 4,5% et le taux de mortalité apparent à 1,5%. Ces valeurs sont inférieures à celles calculées en Europe de l'Est d'où ce virus avait émergé en 2014/2015  causant plus de 7 000 foyers (article à retrouver en cliquant sur ce lien).

 

Un taux de vaccination relativement faible

                                                                            

Bien que la vaccination contre les BTV-1 (Bluetongue virus) et BTV-4 soit obligatoire pour les ovins, bovins et caprins et qu'elle soit entièrement prise en charge par l'Etat, la couverture vaccinale n'est estimée qu'à 43% pour l'ensemble des espèces (68% pour les ovins, 25% pour les bovins et moins de 5% pour les caprins) pour la campagne 2017. A titre de comparaison, pour l'espèce ovine en 2013/2014, près de 90% des animaux avaient été vaccinés, ils étaient 80% en 2014/2015 et environ 60% en 2015/2016. Pour le cheptel ovin, la vaccination s'est accélérée depuis la découverte des foyers du mois de juin.

Pour la campagne de vaccination 2018, le GTV Corse a préparé un document de sensibilisation à la vaccination qui a été envoyé à tous les vétérinaires sanitaires corses travaillant dans le milieu rural. Il est à remettre par le vétérinaire sanitaire à ses éleveurs, et en cas de refus de vaccination, une décharge sera signée par l'éleveur.

 

Les premiers cas de sérotype 4 en France continentale

 

Le 6 novembre 2017, le BTV 4 a été identifié en Haute-Savoie (cliquer ici pour en savoir plus). Le BTV4 n'avait jamais été identifié en France continentale où les foyers ne concernaient aujourd'hui que le BTV8. D'autres cas ont depuis été identifiés, une enquête est en cours et une plainte a été déposée par la FDSEA de Haute-Savoie. L'origine corse de ces cas, par l'intermédiaire d'importation de bovins (normalement pour abattage), est d'ailleurs envisagée. De nouvelles mesures réglementaires ont été mises en place pour le mouvement des ruminants vers et en provenance de Corse, vous pouvez y avoir accès en suivant ce lien

 

L'article, publié sur la plateforme ESA, qui fait le point sur la situation de la FCO en Corse ainsi que le document de sensibilisation à la vaccination sont téléchargeables ci-dessous.

 

SGA