chargement
admin
TOP
USER_NAME USER_NAME
SUSPICION WEST NILE CHEZ LES CHEVAUX

SUSPICION WEST NILE CHEZ LES CHEVAUX

La fièvre du Nil Occidental (West Nile) est une zoonose virale. L'infection est souvent inapparente aussi bien chez l'homme que l'animal mais elle peut aussi entrainer des syndromes neurologiques, de fortes fièvres et être à l'origine d'une mortalité importante. La transmission du virus West Nile s’effectue par la piqûre d'un moustique femelle (le plus souvent du genre culex) préalablement infecté. Les oiseaux sont le réservoir principal du virus West Nile et assurent, avec le moustique, le cycle de transmission et l’amplification virale. Cependant, le virus peut aussi être transmis à des hôtes accidentels, principalement l’homme ou le cheval, qui représentent des "culs-de-sac épidémiologiques". Chez ces hôtes, le taux de réplication du virus dans le sang est insuffisant pour permettre sa transmission par les moustiques.

Pour plus de renseignements sur le cycle et la maladie, vous pouvez suivre ce lien.

 

Concernant l'avifaune, c'est l'ONCFS (et le réseau SAGIR) qui est en charge de la surveillance notamment dans le cas de découverte de fortes mortalités chez les populations d'oiseaux.

 

Le vétérinaire sanitaire est au coeur de la surveillance évènementielle (suspicion clinique) chez les chevaux.

 

L'encéphalite West Nile fait partie de la catégorie 1 des dangers sanitaires. Tout équidé présentant des signes cliniques de méningite ou d'encéphalomyélite, accompagnés d'hyperthermie, qui ne peuvent être rapportés de façon certaine à une autre étiologie est un équidé suspect.

En cas de suspicion chez un cheval, le vétérinaire sanitaire doit :

 

  • Prévenir la DDCSPP (coordonnées en suivant ce lien), l'exploitation sera placée sous APMS

 

  • Isoler et désinsectiser l'animal suspecté

 

  • Prélever l'animal (tube EDTA, et tube sec sur animal vivant, encéphale sur animal mort, cf. fiche "marche à suivre" ci-dessous)

 

  • Envoyer les prélèvements avec la feuille de commémoratifs (adresse des laboratoires dans le document "marche à suivre"). L'ensemble des documents nécessaires à la prise en charge d'une suspicion ainsi que le protocole sont téléchargeables ci-dessous.

 

Si la maladie est confirmée, l’exploitation est placée sous APDI entraînant :le recensement des équidés présents, l’interdiction de tout mouvement des équidés atteints ou suspects, le traitement par insecticide des équidés présents et des locaux d’hébergement. Cet arrêté est levé 15 jours après la mort ou la guérison du dernier animal atteint.